​Sur le théâtre au 17ème siècle ( 7/7)


1)Exposer les principales caractéristiques des courants baroque et classique qui se succèdent au 17ème. (2 points)

-Le baroque :
Le mouvement baroque apparaît à la fin du 17ème siècle et se termine autour du milieu du 18ème siècle.
En France, la littérature baroque peut se situer environ entre la mort de Pierre Ronsard en 1580 et le début du règne de Louis 16 (avec l’avènement du classicisme).

Le mot vient du portugais barroco , qui signifie "perle irréguliére"
L'artiste le plus représentatif est l'italien Le Bernin auquel on doit l'achevement de la Basilique Saint Pierre de Rome.

Ce courant littéraire offre quelques lieux communs représentatifs : mêler les contraires (le réel et l'illusoire, le grotesque et le sublime, le mensonge et la vérité) ; développer l’imaginaire ; exprimer des sentiments et des sensations; mais aussi l'abondance des détails et des couleurs, des formes et des parfums. La mort est souvent un thème récurrent dans les œuvres baroques, intimement liées au domaine de l'évasion et de la féérie. L’esthétique baroque est marquée par l'exubérance, le foisonnement de l’écriture et la surcharge ornementale, dominée entre autres par l'alambique rhétorique et la multiplication de figures de style comme le métaphore. Le théâtre et le roman mettent souvent en scène des personnages versatiles et mystérieux « portant un masque » (ex : Dom Juan avec une duplicité acharnée.).

En littérature, le baroque est donc caractérisé par l'excès, le bizzarre, les démesure ,les métaphores mais aussi par la fascination pour la mort et le motif du miroir, de l'eau.

-le classicisme :
Ce terme apparaît au 17ème siècle pour désigner les oeuvres qui prônent le modèle de l'art antique. Le classicisme comporte trois grandres règles:

-La vraissemblance : Cette importance de la vraissemblance est liée à l'importance de la morale dans la littérature classique.L'imitation de la nature est trés importante afin de ne pas choquer le spectateur.
-La bienséance : C'est le souci de plaire au coeur de l'esthétique classique, l'auteur se veut donc en harmonie avec la morale et les goûts de son public de manière è rencontrer son adhésion.
-Les trois unités : Ce sont le temps, la durée de l'histoire ne doit pas dépasser 24 heures.Le lieu,le lieu devait être unique durant la pièce.Et l'action, elle n'est pas synonyme d'action simple mais implique que tous les fils de l'intrigue soient trés fortement liés.

Le classique doit avant tout respecter le bon goût, un bon écrivain va mélanger le naturel et la perfection pour atteindre une grâce; mais également plaire et instruire, le culte des anciens se double de ce souci.Pour acc"der a cet idéal il faut remplir certaines conditions que les théoriciens définissent: L'art s'apprend et se maîtrise et une oeuvre accomplie est l'aboutissement d'un long travail.
De même que la morale et le classique sont indissociables, l'honnête homme incarne l'aptitude à planer en société, l'art du discours, de la séduction, de la délicatesse et de l'équilibre.Il fonde ses choix sur la raison qui le préserve des excès de la passion, il n'aime pas étaler ses sentiments.



2)Quels sont les règles,les genres et le principaux auteurs du théâtre classique? (2 POINTS)

Le théâtre de la seconde moitié du 17ème siècle est souvent appelé théâtre classique parce qu'il répond à un ensemble de règles inspirées du théâtre antique. D'abord tacites, ces règles furent formulées explicitement pour la première fois par l'abbé d'Aubignac. Régentant une bonne part du langage théâtral de l'époque, elles sont caractéristiques de ce qu'on appela plus tard le théâtre classique.
L’action ne doit pas dépasser une « révolution de soleil »(Aristote) et de 12 à 30 heures selon les théoriciens. L'idéal du théâtre classique voulait que le temps de l'action corresponde au temps de la représentation. C'est Racine qui s'en est le plus approché, dans Athalie. Il ne faut pas que cette action dépasse un certain temps (relatif à la durée de la pièce).
Toute l'action doit se dérouler dans un même lieu (un décor de palais par exemple pour une tragédie ou un intérieur bourgeois pour une comédie). Cette règle a connu une évolution vers une plus grande rigueur après 1645. Auparavant, l'action pouvait avoir lieu dans différents lieux d'un même lieu d'ensemble, une ville par exemple. Par la suite, l'unité de lieu s'est resserrée autour d'un lieu unique représenté par la scène.

Tous les événements doivent être liés et nécessaires, de l'exposition jusqu'au denouement de la pièce. L'action principale doit être ainsi développée du début à la fin de la pièce, et les actions accessoires doivent contribuer à l’action principale et ne peuvent être supprimées sans lui faire perdre son sens. Aucun meurtre, assassinat, suicide, décès, mort,... ne doit être montré sur la scène. Tout doit être fait par sous-entendus.
Cette règle avait pour but de ne pas éparpiller l'attention du spectateur avec des détails comme le lieu ou la date, l'autorisant à se concentrer sur l'intrigue pour mieux le toucher et l'édifier. Elle permettait à la fois de respecter la bienséance (et ainsi de ne pas choquer le spectateur) et de donner un caractère vraisemblable aux faits représentés. Tout cela pour satisfaire le spectateur du 17ème siècle.

Les principaux auteurs du théâtre classique sont l'Abbé d'Aubigniac, Boileau, Corneille, jean Chapelain, Vaugelas et Molière.



3)Qu'est-ce qu'une " pièce à machines "? (1 POINT)

L'expression « pièce à machines » désigne une pièce de théâtre qui accorde une grande importance à des effets de mise en scène spectaculaires, analogues à des effets spéciaux.Pour éblouir les spectateurs avides de merveilleux, ces pièces accordent une place importante aux effets de changements de décor et à la machinerie. On y voit des mers déchaînées, des divinités volant dans les airs, des éclairs et autres prodiges.
L'aspect spectaculaire des effets spéciaux obtenus satisfait pleinement le public de l'époque baroque, car ils se prêtent fort bien à l'expression de l'intensité chère à la thématique de ce mouvement.

On trouve certaines pièces appartenant aux pièces a machines comme, la toison d'or de Pierre Corneille,Dom Juan de Molière ainsi que l'Avare.


4)Exposer brièvement quels étaient le statut des comédiens, les conditions des représentations théâtrales et le nom des trois principales troupes parisiennes sous le règne de Louis 14. (2 POINTS)

Les troupes régulières se constituent et s'organisent démocratiquement. Les engagements se font par contrat et les comédiens se partagent la recette. Les comédiens désireux de se retirer pour raison d'âge ou de maladie reçoivent une pension à vie, payée par leurs camarades.

Le chef de troupe a une lourde tâche: il interprète généralement les rôles titres, recrute les comédiens, choisit le répertoire et en fait la promotion. Il compose les affiches, prévient les gazetiers. A la fin de la représentation, ilannonce au public les prochains spectacles. C'est l'âme de la troupe. Cultivé, énergique, bon comédien, il est aussi homme d'affaires car la concurrence est rude pour obtenir subventions et commandes royales. Le plus grand chef de troupe de cette époque fut Molière. Il parvint à s'attirer en même temps les faveurs du roi et celles du public, proposant tour à tour des farces, d'élégantes comédies ou de somptueux ballets pour la cour.

Les troupes de théâtre, à l’époque, jouent dans les jeux de paume ou tripots et on ne connaît pas en France d’autre manière d’organiser la salle, qui se compose donc d’un parterre où le public se tient debout et de marches dans le fond. Les spectacles ont lieu l’après-midi.

La représentation ne commençait que lorsque la salle était pleine, aussi quand la nuit commençait à tomber on pouvait « passer à l’esbrouffe » c’est-à-dire se faire passer pour tel ou tel aristocrate à la faveur de l’ombre et être ainsi dispensé de payer sa place !

On trouve sous le règne de Louis 14 trois troupes parisiennes importantes, on a l'Hôtel de Bourgogne qui est née par arrêt du conseil du roi en 1629,puis la troupe du Marais qui jouait Corneille et enfin la troupe de Molière, mise en place au début avec "L'illustre Théatre" ancêtre de la Comedie Française.
Mais il y a eu beaucoup de changements au cours des années, car le règne de Louis XIV a été particulièrement long.